FORMATION POUR LES ÉCOSYSTÈMES

Le contrat de performances signé conjointement par le Ministère de tutelle et la FIMME, dans le cadre du plan d’accélération industrielle visant à donner une forte impulsion au secteur de l’industrie nationale, prévoit de mettre à la disposition des écosystèmes identifiés :

« Valorisation des métaux », « Travail des métaux », « nouveaux métiers » et «Industrie navale», les compétences nécessaires au bon fonctionnement de ces derniers. En termes de volumétrie, ces besoins sont évalués à environ 15.000 nouveaux techniciens et opérateurs, à former dans différentes filières.

Un comité technique de suivi, composé de la FIMME, de l’OFPPT et du Ministère de l’industrie a été mis en place pour se pencher sur l’exécution des termes du contrat.

Le travail d’analyse et de réflexion mené par ce comité a consisté à rapprocher les besoins en question de l’offre de formation initiale actuelle de l’OFFPT, compte tenu des possibilités et des moyens de celui-ci.

Parmi les résultats de ce chantier, les besoins à satisfaire se classent en deux catégories, à savoir :

  • Les besoins dont le système de formation OFPPT a déjà le niveau de maitrise requis, tels le profil de chaudronnier par exemple ;
  • Les besoins relevant des filières ‘Fabrication mécanique, Méthodes en fabrication mécanique, Usinage sur machines-outils à commande numérique et Construction métallique’,
  • pour lesquels l’OFPPT s’appuiera sur une collaboration des entreprises du secteur, et ce à travers le mode de formation par alternance qui préconise que le temps de la formation soit réparti entre le centre de formation et l’entreprise.

Pour cette deuxième catégorie, l’OFPPT propose, aux entreprises relevant de chaque écosystème concerné, la démarche structurée suivante :

  • Une validation par les entreprises de l’écosystème des programmes proposés par l’OFPPT ;
  • L’organisation d’un séjour dit d’immersion au profit d’un groupe de formateurs dans la ou les entreprises ayant les métiers concernés avant ou au début du lancement des formations ;
  • La désignation, par les entreprises retenues pour la réalisation des projets de formation par alternance, d’agents pour assurer un rôle de tutorat au profit des stagiaires ;
  • La formation des agents désignés pour être des tuteurs sur les meilleures pratiques du tutorat.

Cette approche de la formation des compétences nécessaires s’inscrit parfaitement dans l’esprit des engagements des parties tels qu’ils figurent sur le contrat d’exécution relatif au volet formation. Par ailleurs, et selon ce même contrat d’exécution, la FIMME et l’OFPPT ont convenu, sur proposition de notre Ministère de tutelle, de mettre en place, dans un cadre de partenariat public/privé, des comités de cogestion d’établissements sectoriels de formation professionnelle, qui fonctionneraient selon un modèle de gouvernance qui se veut innovant, et dont les principes directeurs seraient repris dans le contrat en question.

Le nouveau modèle tel qu’il est défini dans la convention FIMME/OFPPT, signée récemment à ce sujet, est censé corriger les imperfections constatées et impulser une nouvelle dynamique à ces comités de cogestion. C’est ainsi que l’ISTA Génie Mécanique, sis quartier Socrate à Casablanca, a été doté d’un comité de cogestion présidé par un membre de la FIMME, en l’occurrence Najib CHERAI de LSA Industrie.

Toutes les démarches volontaristes décrites ci-dessus prouvent clairement,  s’il  en  est besoin, que notre fédération accorde, à travers l’action de sa commission formation, une importance toute particulière au renforcement et/ou à l’amélioration des compétences dans sa stratégie de développement du secteur.

HAUT