M. Tarik AITRI

Président de la Fédération des Industries Métallurgiques Mécaniques et Electromécaniques (FIMME)

Le Maroc a affiché l’ambition claire de faire de l’industrie le fer de lance de son économie et a décidé de mobiliser les ressources nécessaires à cet effet.

Prenant en considération les grandes orientations pour une émergence réussie de notre pays d’une part, et les attentes des entreprises d’autre part, le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’économie Verte et Numérique a lancé, il y a quelques années déjà, dans cette perspective, une stratégie d’envergure : le plan d’accélération industrielle.

Conscients des défis que doit affronter l’entreprise marocaine, ainsi que des exigences de développement durable dans l’industrie, la nouvelle approche est basée sur  un partenariat public-privé efficace, progressivement concrétisé par la mise en place d’écosystèmes performants.

Les industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (IMME), que nous représentons à travers notre fédération (FIMME), occupent une place importante dans cette configuration et couvrent un secteur stratégique, pourvoyeur d’activités et de business pour plusieurs métiers. Transversal par excellence, il se positionne, en effet, en amont de nombreux marchés applicatifs, contribuant ainsi considérablement à l’essor de notre tissu industriel national et à la création d’emplois et de richesses.

Dans le cadre de nos missions respectives, notre ministère de tutelle et la FIMME ont ainsi œuvré activement pour consolider et raffermir davantage leur coopération, en vue d’asseoir un partenariat profitable, la finalité principale étant de favoriser la compétitivité des entreprises industrielles de notre secteur, aussi bien sur leurs marchés intérieurs qu’extérieurs, afin qu’elles soient durablement génératrices de croissance.

L’expression de la volonté et de l’intérêt mutuels pour un renforcement de cette collaboration a été matérialisée fin janvier 2019, avec le lancement officiel des «écosystèmes des industries métallurgiques et mécaniques». Fruit d’une réflexion collégiale, notre engagement commun, dans le processus de développement souhaité, devrait impulser un élan bénéfique pour nos entreprises et donner à nos filières une dimension industrielle importante.

2020 devrait être, j’ose espérer, l’amorce de la mutation stratégique attendue. L’ambition et la passion qui nous animent, à travers la fédération, est d’être le reflet de cette nouvelle dynamique qui se profile.

HAUT